Devant le parlement européen Chers amis, chers lecteurs, je sais que vous vous inquiétez pour moi, ma famille et mon Peuple. Vous avez raison, c'est normal et il y a de quoi s'inquiéter. Ces dernières années sont parmi les plus terribles de notre existence. Et malheureusement les choses ne vont pas en s'arrangeant. Ibrahim Boubacar Keïta, le nouveau président du Mali comme ses prédécesseurs, veut notre disparition et François Hollande, le président de la France, va dans le sens de lui faciliter cela ou tout simplement y participer. Si vous avez lu, écouté ou regardé les médias ces derniers jours vous l'aurez bien compris. Comme par le passé, tout est fait pour étouffer voir nier notre revendication légitime et historique de liberté, de justice et de dignité sur notre terre, l'Azawad. Pour y arriver, le président malien et ses complices nous assimilent à tort à des jihadistes et terroristes que l'Etat malien a laissé s'installer sur notre territoire. L'armée malienne au lieu de protéger notre population, elle procède régulièrement à des exactions, des fois sous les yeux de l'armée française et des casques bleus de l'ONU. Pour exemple, le 28 novembre dernier, l'armée malienne a tiré à balles réelles sur des manifestants pacifiques essentiellement des femmes et des enfants faisant 2 morts (des femmes dont une enceinte) et 5 blessés. Ni les autorités maliennes ni les autorités françaises n'ont condamné cet énième acte ignoble de l'armée malienne. Dans les différentes prises de parole du président malien nous n'avons pas entendu la moindre compassion. Si rien n'est fait dans les prochains jours et semaines, il y aura bien un génocide à huit clos alors qu'il pouvait être évité.